Basta ! revient en septembre

- Chroniques /

Le revenu de base, pilier d’un réseau mondial pour le développement soutenable

Le réseau mondial Sufficiency4Sustainability (S4S) existe depuis mai dernier. Il estime la suffisance nécessaire à un développement soutenable.

Peter Knight
Peter Knight

C’est un regroupement d’intellectuel·le·s, de chercheur·euse·s, de professeur·re·s et de spécialistes, promouvant « le développement de politiques publiques permettant d’assurer la suffisance de chacun·e et de lutter contre la consommation à outrance ».

Parmi les membres fondateurs du réseau S4S, on retrouve les économistes Ricardo Abramovay et André Lara Resende, l’experte en écologie Torrey McMillan, les écono-écologistes Herman Daly et Clovis Cavalcanti ainsi que le politologue Sergio Abrantes. La coordination du réseau et l’administration de son site web sont assurées par Peter Knight, économiste spécialisé dans l’usage des technologies de communication.

Knight considère que des pans cruciaux de la pensée humaine sont actuellement traités de manière trop cloisonnée et que l’humanité bénéficierait d’une approche plus transversale.

Les disciplines en question sont le développement soutenable, l’avancée technologique, la suffisance, l’intelligence artificielle, le revenu universel de base, les politiques publiques, l’évolution des valeurs et l’économie hétérodoxe. Ces champs sont succinctement présentés sur le site web du réseau.

L’appui de militants de longue date du revenu de base

Pour développer le sujet du revenu de base au sein de S4S, Peter Knight s’est rapproché de Phillipe Van Parijs, conseiller international du réseau mondial pour le revenu de base (le BIEN). Il est également depuis de nombreuses années proche d’Eduardo Suplicy, ancien membre du conseil exécutif du BIEN et militant toujours actif du revenu de base.

Le réseau S4S se veut un espace d’échange ouvert, dont les membres « explorent la façon dont l’évolution des valeurs et des politiques publiques peut amener les plus aisés à réduire leur consommation de matériaux et d’énergie, permettant dans le même temps au plus pauvres d’augmenter leur consommation à un niveau leur assurant l’accès aux biens et services essentiels. L’idée est d’arriver à l’échelle du globe à un niveau de consommation de matière et d’énergie « soutenable », c’est-à-dire que la planète puisse supporter sans que cela n’entraîne un effondrement de la population mondiale suite à une pénurie de ressources. »

Plus d’information sur le site web de Sufficiency4Sustainability.


Traduction par Maxime Vendé d’un article d’Andre Coelho initialement publié sur Basic Income News.

Illustration : CC-BY 2.0 Christian Cruzado.

Originalement publié sur le blog de Maxime Vendé.

Cet article Le revenu de base, pilier d’un réseau mondial pour le développement soutenable est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.

Un navire « anti-réfugiés » affrété par l'extrême-droite suspecté d'embarquer un équipage armé

Des militants d'extrême-droite de plusieurs pays européens ont lancé leur opération « Defend Europe » en Méditerranée. Grâce notamment à des campagnes de financement participatif, ils ont réussi à affréter un bateau qui a appareillé de Djibouti début juillet vers le Canal de Suez puis la Méditerranée. Leur objectif : empêcher les migrants qui tentent la périlleuse traversée de rallier l'Europe en interceptant leurs esquifs pour les ramener sur les côtes africaines, en entravant le travail des organisations de (...)

- En bref / , , ,

Axelle Lemaire, la cryptographie et la surveillance massive…

Il y a quelques jours, Axelle Lemaire, ex-secrétaire d’Etat chargée du numérique sous François Hollande, s’est émue de l’arrestation d’opposants Turcs sous prétexte qu’ils utilisaient des outils de chiffrement. Et d’évoquer ensuite le lien entre chiffrement et […]

Un tour de France à vélo pour promouvoir le revenu de base !

Rencontre avec Léna Le Guay, membre du MFRB. Porteuse de parole, elle lance un projet de tour de France à vélo en 2018 où, au gré des étapes dans les villages, elle posera aux habitants croisés la question :
« Que feriez-vous avec un revenu garanti à vie ? »

 

Bonjour Léna, peux-tu nous présenter ton projet en quelques mots ?

Mon projet est de parcourir la France à vélo en mars 2018 pour aller à la rencontre des Françaises et des Français afin de discuter avec eux de la question de l’instauration d’un revenu de base.

Le but premier de ce projet est d’avancer ensemble sur les questions de fond qui concernent notre avenir, car le revenu de base vient chambouler toutes nos manières de penser la société dans laquelle nous sommes nés.

Pour cela, je compte m’arrêter dans différentes villes étapes afin d’y mener des actions de rue, de rencontrer les habitants, de récolter leurs paroles, d’amener des questionnements et de réveiller les rêves de chacun. Mon projet n’a pas le but de convaincre à tout prix, simplement d’éveiller les consciences et de montrer que cette possibilité existe au XXIe siècle.

Cet été, je vais expérimenter ce projet, du 4 au 16 août, de Périgueux (24000) à Masseube (32140) pour rejoindre l’université d’été du MFRB où sont prévus trois jours de débats, jeux, conférences, rencontres autour de cette question, accompagnés d’une programmation culturelle et festive. Isaline Moulin, directrice artistique et graphiste pluridisciplinaire, m’accompagnera lors de certaines étapes pour développer des ateliers ludiques et créatifs afin de récolter la parole des habitants.

Je voudrais que ce tour soit participatif et donc ouvert à tous les volontaires en fonction de leur temps libre et de leurs moyens. Un jour, une semaine, un mois, ou la totalité du tour pour les plus motivés !  

Comment le revenu de base est-il entré dans ta vie ?

Je me suis intéressée dès le lycée aux inégalités de notre société avec une furieuse et adolescente envie de toutes les résoudre. Bien entendu, cette indignation et cette envie ont gagné en maturité et réflexion ! Mes études ont suivi cette direction et je suis maintenant titulaire d’un Diplôme Universitaire en Carrières Sociales option Gestion Urbaine et Solidarités.Ce diplôme vise  à former des professionnels participant à la mise en œuvre de projets liés à la gestion et à l’amélioration du cadre de vie des citoyens ainsi qu’au développement territorial, avec des compétences spécifiques dans les domaines de la solidarité locale ou internationale.

J’ai découvert le revenu de base il y a un an, via ma tante, qui a participé à la création d’une antenne locale sur Angers.

L’idée m’a semblé très intéressante et m’a convaincue, notamment dans la liberté qu’il peut donner à chacun. A 22 ans je lance aujourd’hui ce projet, décidée à agir pleinement pour trouver les solutions de demain, avec vous tous.

Tu cherches à rencontrer des citoyens chez eux, dans leurs territoires. Pourquoi cela te semble si important ?

Chaque territoire a une histoire et des problématiques qui lui sont propres. On ne peut pas avoir de vision globale et se faire une idée des besoins des Français.e.s si l’on ne prend pas en compte chaque territoire avec ses caractéristiques… et ses habitants !

Le revenu de base apparaît aujourd’hui dans le discours de certains politiciens, mais beaucoup de personnes n’en ont encore jamais entendu parler, ne connaissent pas ses principes et ses possibles, ou alors ont vaguement entendu son nom et portent sur lui un grand nombre de préjugés.

Il est alors nécessaire d’informer la population de cette idée émancipatrice qu’est le revenu de base, d’élargir ses fronts et ses terrains d’actions, et de le placer au cœur du débat public (et non un débat réservé à quelques élites politiques et intellectuelles), avant d’espérer une mise en application.

Pourquoi avoir choisi le vélo pour promouvoir le revenu de base ?

Je suis née quelques années après le tour du monde en vélo de mes parents, voyage qui a duré trois ans. J’ai donc grandi avec le récit de cette formidable leçon d’humanité, avec cette soif de découverte du monde et de ses habitants. De là, dès 15 ans, j’ai pris mon vélo vers l’Espagne, l’Allemagne et l’Angleterre, seule ou accompagnée. J’ai alors découvert à mon tour les bienfaits de ce moyen de déplacement où tout nous touche et nous englobe.

Les cinq sens sont en éveil : les odeurs et les sons alentours, les paysages qui défilent avec nous, le vent, la pluie, le soleil sur le visage, le goût de sa sueur, le corps en éveil permanent… Sur la selle, nous vivons dans le présent, accompagnés de mille sensations. Chaque chose prend des proportions immensément belles : les paysages et les rencontres deviennent les récompenses de notre effort.

Tout nous invite à la rencontre, aucune carrosserie d’acier nous sépare du dehors et nous épousons sa vitesse : nous sommes complètement partie du paysage, du tout. Nous sommes en contact direct avec les gens. C’est particulièrement pour cet aspect-là que j’ai choisi le vélo pour me déplacer : pour être complètement présente, consciente de ce qui m’entoure et à l’écoute des autres.

Le moyen de déplacement intriguant qu’est le vélo symbolise aussi une mobilisation forte, directe, sur le terrain, qui implique autant le corps que l’esprit. Une mobilisation entière de sa personne, pour soi et vers les rêves qu’on porte en soi, mais aussi pour les autres et vers les autres. Je disais que le but premier était d’avancer ensemble sur les questions qui concernent notre avenir.  Quoi de plus représentatif qu’un groupe de personnes pédalant et suant ensemble vers une même direction, autour d’une même cause !

Et en plus de cela, c’est un moyen de transport très écologique !

Où et comment participer à ce “tour de base” ?

Tout d’abord, vous devez savoir que tous et toutes sont les bienvenu.e.s pour rejoindre le convoi ! Les connaissances autour du revenu de base ne sont pas nécessaires pour participer au voyage, juste votre joie de vivre et votre curiosité. Nous allons nous enrichir de nos questions mutuelles !

Je suis pour le moment en train de planifier l’itinéraire du tour de France, mais pour ce qui est de l’expérimentation de cet été, qui débutera à Périgueux le 4 août, je vous invite à m’écrire à l’adresse lalignerevee@gmail.com pour connaître tous les détails du voyage. Un événement  Facebook “Tour de Base” vient d’être créé pour permettre à tous et à toutes de suivre le projet et d’avoir accès aux dernières informations !

 

Cet article Un tour de France à vélo pour promouvoir le revenu de base ! est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.

Augmentation des loyers et des expulsions, baisse des aides au logement

Le gouvernement a décidé de diminuer l'Aide personnalisée au logement (APL) de manière uniforme pour les 2,7 millions de ménages qui en bénéficient. Cette baisse de 5 euros par mois, soit 60 euros par an, peut paraître anodine pour les personnes disposant de revenus corrects. Mais elles frappent prioritairement les ménages les plus pauvres et les étudiants en situation précaire, dans un contexte où les loyers poursuivent leur augmentation. 90 % des ménages qui perçoivent l'APL sont locataires. Cette (...)

- En bref / , , ,

La société civile appelle à un « Grenelle » de l'hospitalité et de l'accueil des étrangers en France

Trente-cinq bébés et leurs parents demandeurs d'asile dormant dans la rue à Strasbourg ; des réfugiés empêchés de demander l'asile à la frontière franco-italienne ; des campements sauvages à Paris faute de centre d'accueil ; des bénévoles harcelés par la police pour avoir distribué de l'aide alimentaire à Calais ; un « plan migrants » vertement critiqué par le Défenseur des droits... Le gouvernement semble incapable de répondre dignement aux défis que pose l'accueil de migrants et de réfugiés en France. 450 (...)

- ça bouge ! / , ,

Démocratie de consensus : le despotisme doux de Macron

Le concept de « despotisme doux » inventé par Tocqueville, refait parler de lui depuis qu’Emmanuel Macron a décidé d’instaurer les dispositions de l’état d’urgence dans le droit commun. Rappelons qu’Alexis de Tocqueville, penseur et écrivain français […]

Nipédu 82 : Guide du jeune prof connecté

Partager

Le kit de démarrage du jeune prof connecté : réflexions, usages, outils, trucs et astuces pour s’ y retrouver dans la jungle du numérique éducatif.

Télécharger l’épisode

Nipédu, le podcast qui parle #école, #éducation et #numérique.

🚧 INTRODUCTION 

0min 24 à 3min00

  • Un numéro en forme d’augmentation d’un article à paraître dans le Hors-série Numérique 47 des Cahiers pédagogiques Ressources pour débuter. Retrouvez toute l’actualité des Cahiers pédagogiques

📰 LES ACTUS

PÉDAGOGIE 🎓  3min00 à 20min09

INSTITUTIONNEL 🏫  20min09 à 30min13

PRODUCTIVITÉ 📆  36min36 à 47min25

🚌 BIBLIOBUS

47min25 à 52min47

🎲 LA RÉCRÉ

52min47 à 1h00min25

📒 DOSSIER : LE GUIDE !

1h00min25 à 1h40min16

I. Bâtir sa veille

II. Projets, dispositifs et collectifs connectés


💡 INSPIRATION / COUP DE COEUR / COUP DE GUEULE

1h40min45 à 1h48min15

⛩ LE MANTRA DU MOI(s)

1h48min15 à fin 1h54min51

  • This teacher survived to 2016-1017 by @deuj
  • L’important n’est pas ce qu’on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce que l’on fait de nous. Jean-Paul Sartre
  • Variante lifehacking  : La vie, c’est à 10% ce qui nous arrive, et à 90% la façon dont on y réagit.

📌 RETROUVER NIPÉDU

Le groupe Nipédu Viaéduc
@Nipédu
Facebook
Le site Nipédu 
Soundcloud
iTunes

Retrouvez Fabien
Retrouvez François sur YouTube Explique-moi encore
Retrouvez Nico … il est aussi sur YouTube Tests et Tutos tech
Retrouvez Régis

Chiffrement : les temps paniquent

« Les lois mathématiques sont louables, mais la seule loi qui s’applique en Australie est la loi australienne ». Interrogé à propos de la cryptographie lors d’une conférence de presse organisée à l’occasion d’une énième […]